L'album de la semaine

Os Tincoãs ‎– O Africanto Dos Tincoãs (1975)

1975. Deux ans après la sortie de leur album éponyme devenu culte, le trio bahianais Os Tincoas sort un deuxième album, O Africanto dos Tincoas, le seul dont la jolie jaquette stylisée ne représente pas les membres du groupe. Le titre indique l’objectif de l’album, retrouver les sources africaines de la musique brésilienne. Une référence… Suite de l’article Os Tincoãs ‎– O Africanto Dos Tincoãs (1975)

L'album de la semaine

Bons momentos – Serginho Meriti (1981)

Quand on pose cette plaque de wax sur une platine, les premières secondes sont incomparablement frémissantes. Rares sont les disques dont l’entame prolonge avec tant de grâce le tour de chauffe du diamant. Ce premier passage « à vide » qui révèle la chaude texture du son vinylique et le niveau de crépitement de la galette. L’aiguille… Suite de l’article Bons momentos – Serginho Meriti (1981)

L'album de la semaine

Ana Mazzotti ‎– Ninguem Vai Me Segurar (1974)

Née en 1950 à Caixas, dans le Rio Grande do Sul, Ana Maria Mazzotti développe des talents musicaux hors du commun dans un environnement où le déterminisme social bat son plein. Dans ce Brésil sudiste, rural et gaucho (la figure du gaucho est comme une version sudaméricaine du cowboy), les opportunités se font plus rares,… Suite de l’article Ana Mazzotti ‎– Ninguem Vai Me Segurar (1974)

L'album de la semaine

Sabú Martínez – Afro Temple (1973)

Quelques scintillements de clochettes, puis résonne un gong, plusieurs fois, frappé avec solennité : on imagine des colonnades dans l’ombre et des volutes de fumée … Une basse apparaît, lascive, élastique, et lorsqu’elle répète pour la première fois son motif hypnotique les grincements d’un güiro l’accompagne. La structure rythmique est parfaitement en place lorsque le maestro… Suite de l’article Sabú Martínez – Afro Temple (1973)

L'album de la semaine

Guillermo Portabales – Aquellas Lindas Melodías (1972)

Si la salsa est omniprésente dans les villes cubaines, où elle maintient les danseurs éveillés jusqu’à l’aube, la musique guajira, elle, règne sur les campagnes.  Parvenu aux oreilles des paysans dès les années 1930, ce genre musical est dérivé du punto : ses racines sont à retrouver dans l’immigration espagnole qui, venant des île Canaries et… Suite de l’article Guillermo Portabales – Aquellas Lindas Melodías (1972)

L'album de la semaine

Fruko y sus Tesos – A la Memoria del Muerto (1972)

Personnage excentrique à l’allure débonnaire, musicien novateur plein d’autodérision, travailleur acharné, dénicheur de talents et producteur émérite : Julio Ernesto Estrada, dit Fruko, n’est pas seulement quelqu’un qu’on voudrait tous avoir comme ami, c’est aussi un pionnier à qui la salsa colombienne doit tout ou presque ; un ingénieux passeur, revenu de New York des étoiles plein… Suite de l’article Fruko y sus Tesos – A la Memoria del Muerto (1972)

L'album de la semaine

Jambú e os míticos sons da Amazonia (2019)

Sortie le 21 juin dernier, Jambú e os míticos sons da Amazonia, fait honneur tant au premier jour de l’été qu’à la joyeuse sauterie qu’est la fête de la musique. Proposée par le label Analog Africa, cette sélection de morceaux produits en Amazonie brésilienne dans les années 70-80, est bien plus qu’une simple compil, et c’est… Suite de l’article Jambú e os míticos sons da Amazonia (2019)

L'album de la semaine

Carmen Rivero y su Conjunto – A Bailar la Cumbia (1964)

Musique de fête, musique du peuple, la cumbia célèbre depuis sa naissance la vie et le travail des gens simples, pêcheurs et paysans ; cette poésie du quotidien, lumineuse, sans fioritures, se révèle au long de chansons enjouées telle que la superbe Navidad Negra, le « Noël Noir ». Ce classique de la cumbia rend hommage aux communautés… Suite de l’article Carmen Rivero y su Conjunto – A Bailar la Cumbia (1964)

L'album de la semaine

Orchestra Dicupé : les étoiles filantes de la salsa (1972)

Une rue de Brooklyn pendant l’hiver 1972. Le long des murs de brique rouge, les bouches de gaz crachent une fumée blanchâtre qui se confond avec les flocons qu’elle croise ; sur les trottoirs des tas d’ordure s’amoncellent au pied des réverbères. Ici et là se dressent des braseros et à leur maigre lueur on distingue… Suite de l’article Orchestra Dicupé : les étoiles filantes de la salsa (1972)