Pot-pourri

« Todo dia era dia de indio… »

Aujourd’hui, 19 avril, c’est le « dia do indio » (jour de l’indien) au Brésil. Ironie du sort pour les habitants originels de cette terre soi-disant « découverte » par les émissaires d’un « vieux continent » assoiffé. Jorge Ben, dans un texte de 1981 attire l’attention sur ce pied de nez aux peuples indigènes, dindons de la farce d’une Histoire tragi-comique. Retour sur les paroles d’un morceau engagé.



C’était le jour de l’indien tous les jours (Jorge Ben, 1981)

Jês, Kariris, Karajás, Tukanos, Caraíbas, Makus,
Nambikwaras, Tupis, Bororós, Guaranis, Kaiowa,
Ñandeva, YemiKruia, Yanomá, Waurá, Kamayurá,
Iawalapiti, Suyá, Txikão, Txu-Karramãe, Xokren,
Xikrin, Krahô, Ramkokamenkrá, Suyá*

Hey! Hey! Hey! Hey! Hey! Hey! 

Curumim**, appelle Cunhatã*** car je vais raconter
Cunhatã, appelle Curumim car je vais raconter
Curumim, cunhatã
Cunhatã, curumim 
_______________

*
noms de peuples indigènes présents au Brésil
** mot d’origine Tupi qui désigne les enfants indigènes
***
signifie jeune femme en tupi & guarani

_______________

Avant que les hommes ne mettent le pied ici
Sur les riches et fertiles terres du Brésil
Qui étaient peuplées et aimées par des millions d’Indiens
Les vrais heureux propriétaires
De la terre du pau Brasil

Car chaque jour, à chaque heure, c’était le jour de l’Indien
Car chaque jour, à chaque heure, c’était le jour de l’Indien 

Mais maintenant ils n’ont plus qu’un jour : le 19 avril
Mais maintenant ils n’ont plus qu’un jour : le 19 avril 

Amants de la pureté et de la nature
Ils sont en vérité incapables
De maltraiter les femmes
Ou de polluer la rivière, le ciel et la mer
Protégeant l’équilibre écologique
De la terre, de la faune et de la flore

Car dans son histoire, l’Indien est
L’exemple le plus pur
Le plus parfait, le plus beau
Aux côtés de l’harmonie de la fraternité
Et de la joie 
De la joie de vivre
De la joie d’aimer

Mais maintenant
Son cri de guerre
Est le pleur d’une race innocente
Qui a déjà été très contente
Car autrefois 

Chaque jour, chaque heure, c’était le jour de l’Indien
Chaque jour, chaque heure, c’était le jour de l’Indien 

Hey! Hey! Hey! 

Jês, Kariris, Karajás, Tukanos, Caraíbas, Makus,
Nambikwaras, Tupis, Bororós, Guaranis, Kaiowa,
Ñandeva, YemiKruia, Yanomá, Waurá, Kamayurá,
Iawalapiti, Suyá, Txikão, Txu-Karramãe, Xokren,
Xikrin, Krahô, Ramkokamenkrá, Suyá


La reprise lentement groovy de Baby Consuelo (WEA, 1981)